François Chevalier

Un artiste qui a fréquenté les circuits, au volant d’autos de course, avant de les représenter, en peinture comme en sculpture. C’est peut-être le secret du mouvement étonnant qui se dégage des œuvres de François Chevalier.

Bienvenue

Prochains rendez-vous:

Epoquauto - du 10 au 12 Novembre 2017 à Lyon (Parc Eurexpo)

Retromobile - du 7 au 11 Février 2018 à Paris (porte de Versailles)




for english version click here











Dessins - Bronzes - Maquettes - Livres























Sculpture Bronze grandeur nature,
fondation automobile Maeght
(aire d’autoroute Nice-Marseille de Mougins)






Sculpture Bronze grandeur nature,
Peter Mullin Museum
article in justacarguy.blogspot.fr


Sculptures Bronze et maquettes, de 15 à 45 cm
une autre passion: l'aviation




























































Livres

A cent à l'heure à travers le Sahara

LOISEAU TRAVERSE LE SAHARA Article publié le SAMEDI 20 MARS 2004,
par Jean-Jacques
Frédéric Loiseau s'ennuie. Militaire au sein du 4ème chasseur d'Afrique, il traîne sa détresse de camps militaires en palais peuplés « d'hommes intelligents, de femmes souvent ravissantes et de [...] serviteurs indigènes qui glissaient sur les tapis, en costume des "Mille et une Nuits" et passaient des plateaux de caviar et de champagne millésimé. » C'est d'ailleurs au cours de ces soirées trop mondaines, trop guindées, trop arrosées qu'il fera la connaissance d'Audouin-Dubreuil, tout auréolé de ses exploits dans la Croisière Noire. Puis d'un banquier italien de Tunis qui, à l'occasion, lui prête sa Bugatti à compresseur. « Les jours où il me passait le volant et où les huit bougies consentaient à s'allumer ensemble, fouetté par l'air et durement secoué, complètement assourdi, couvert d'huile, je connaissais une sorte de bonheur parfait. » Petit à petit, son amour de l'automobile et sa passion pour le désert vont tracer un sillon qu'il ne va plus, dès lors, quitter. Jusqu'à le pousser à organiser, en 1929, une traversée du Sahara en Bugatti. Qui sera effectuée à plus de 100 km/h et est racontée par Loiseau lui-même dans cet réédition remarquable, qui mêle carnet de routes et digressions sur le milieu automobile et l'Afrique, photos prises à l'époque et dessins réalisés aujourd'hui par le Bugattiste François Chevalier. Un véritable petit bijou et un témoignage précieux sur une époque qui permettait aux folies les plus douces de trouver un terreau favorable à leur épanouissement.
A cent à l'heure à travers le Sahara, Frédéric Loiseau, ed. du Palmier, 2004, 100 p. par le Lieutenant Loiseau, dessins de François Chevalier Editions du Palmier - Nîmes - France - février 2004 Texte en français
Réédition de l’introuvable bouquin de 1929 (voir “livres Bugatti jusqu’en 1995”), voulue par ses descendants très admiratifs de leur aïeul. Les photos de l’édition originale sont reprises et de bien meilleure qualité, de nouvelles photos inédites issues des archives familiales sont un vrai régal, et les dessins de F. Chevalier ajoutent une note d’humour et de charme à ce livre qui n’en manquait déjà pas vraiment ! Achat impératif pour passer 2 bonnes heures de rêve et de respect pour cet homme hors du commun que fut Frédéric Loiseau.
Le Petit Bugattiste Illustré
Cet album grand format se lit comme une bande dessinée. On sourit à chaque page, parfois un peu jaune : tous les petits travers du “milieu Bugattiste” sont ici tournés en dérision avec humour. Les dessins sont remarquables de précision et de charme. Attention toutefois : ne croyez pas tout ce qui est écrit, quasiment tout est inventé, mais tellement criant de vérité ! Bref, un petit plaisir pas cher à ne se refuser sous aucun prétexte.
Le Petit Bugattiste Illustré par François Chevalier, textes et dessins Editions du Palmier - Nîmes, France - août 2003 Texte en français et anglais






Circuit Paul Ricard, le circuit du siècle
Inauguré en 1970, le circuit Paul Ricard a définitivement fermé ses portes au public à l’automne 1999 après avoir été le temple mondial du sport automobile et motocycliste. Nul autre que François Chevalier, qui en fut le directeur pendant trente ans, ne pouvait mieux conter la grande et la petite histoire de ce ruban d’asphalte sur lequel ont évolué les plus grands champions et les plus célèbres marques automobiles et motocyclistes, sans oublier les courses de camions qui déplaçaient une foule considérable. Mais l’histoire du circuit Paul Ricard ne saurait être complète sans un chapitre consacré aux essais privés ; un aspect intimiste et méconnu qui fourmille d’anecdotes parfois dramatiques et souvent amusantes à lire ‘’avé l’assent’’. Dans cet ouvrage, François Chevalier, retrace chronologiquement l’histoire d’une aventure humaine, le nom de Paul Ricard, industriel marseillais autoditacte, méprisant pour tous les politiciens, étant indissociable du circuit qu’il a bâti sur des terrains rocailleux où l’on ne rencontrait auparavant que des troupeaux de chèvres. Le circuit Paul Ricard, c’était le Bol d’Or, le Grand-Prix Camions, les courses d’endurance, de Tourisme, le Marathon Shell et surtout les Grands-Prix de Formule 1. La plupart des illustrations proviennent des archives Ricard et de Michel MORELLI.
Circuit Paul Ricard, au cœur de la compétition automobile,
préface de Jean Todt
éditions ETAI, 2004

A la recherche de l'oasis oublié

Histoire …

Au volant d’une Bugatti coloniale de leur conception, Sarah et ses deux amants s’enfoncent au cœur du désert Libyque égyptien, à la recherche de la plus colossale armée de son temps, celle Cambyse II, roi de Perses, engloutie en 524 av. J.-C., avec ses trésors de guerre, sous une terrible tempête de sable- rapporte Hérodote.
Nous sommes à la fin des années 30. Au Caire et dans les oasis, toute une faune de rêveurs, d’aventuriers, d’explorateurs s’agite autour des mystères de Cambyse et de l’oasis oubliée. Mais seuls Sarah, Hans et Peter osent se risquer sur ces dunes immenses dont « personne n’a jamais vu la fin ». Que va-t-il advenir des amants romantiques dont la progression dans ce désert inconnu est ponctuée par l’avancée de l’armée perse vers sa mort certaine ?
Roman historique dans lequel on navigue, avec les cartes et les instruments de leur époque, entre les passions et les trahisons, poème à la mécanique qui permet de se risquer là où le chameau et l’homme à pied doivent renoncer. « À la recherche de l’Oasis Oubliée » est aussi un hymne aux plus hautes dunes de la planète, rebaptisées dunes-cathédrale par Sarah, à moins que ce ne soit par Fenouil.
A la recherche de l’oasis oubliée,
roman, Fenouil,
ed. du Palmier, 2005

merci Christelle
2017-07-28 - ber optimisé pour firefox

auto moto avion sculpture bronze dessin art mécanique mecanique chevaux motoring art bronze de jardin